Faut-il souffrir pour être entomologiste ?

Un des domaines les mieux pourvus dans le champ des échelles de douleur est celui des piqûres d’insectes. Le premier entomologiste à avoir testé sur son propre corps les différentes piqûres d’insectes pour les classer est Justin O. Schmidt à partir de 1984. Dans son premier article[1], les piqûres recevaient une note de 0 à 4 (4 étant le maximum et 2 correspondant à l’abeille apis mellifera) et étaient décrites qualitativement. Le but de cet article était de mettre en parallèle la létalité des venins sur les mammifères, l’action hémolytique des venins observée in vitro sur du sang de souris et la douleur perçue par l’observateur. Ces travaux ont été discutés par Christopher K. Starr dans son article « A simple pain scale for field comparison of Hymenopteran stings[2] ». C. K. Starr y apportait sa propre expérience des piqûres subies mais procédait surtout à une discussion méthodologique en énumérant un certain nombre de précautions pour que les données soient, sinon représentatives de la population générale, au moins intéressantes pour étudier l’algogénicité des piqûres – leur capacité à provoquer de la douleur. Christopher K. Starr notait par exemple l’importance de ne pas faire estimer cette douleur par un sujet qui ne serait pas habitué à se faire piquer, de façon que la douleur ne soit pas confondue avec la nouveauté de la sensation pour le sujet. Il proposait également de distinguer non pas quatre, mais cinq niveaux de douleur – en divisant la deuxième catégorie en deux pour plus de précision, suggestion qui ne semble pas avoir été retenue par J. O. Schmidt dans la suite de ses travaux.

Les travaux de J. O. Schmidt ont été développés notamment en 2016[3] où l’échelle de douleur est complétée par plusieurs dizaines d’autres espèces d’insectes puis en 2019[4] dans un article utilisant les données concernant la douleur de la piqûre de 96 insectes différents. La curiosité concernant la comparaison des niveaux de douleur n’était pas le seul intérêt de ces travaux. L’article de 2019, « Pain and Lethality Induced by Insect Stings » conclut en effet que l’intensité de la douleur provoquée chez l’humain par les piqûres des insectes n’est pas proportionnelle au niveau de létalité du venin injecté. Le fait d’avoir mesuré la douleur elle-même a donc permis de montrer que l’algogénicité d’un venin était indépendante de sa dangerosité réelle. Cela permet de réfléchir au statut de la douleur et aux stratégies évolutives ont pu conduire à la production d’un venin non seulement pour tuer mais aussi pour provoquer de la douleur. La corrélation entre le caractère social ou non des insectes et ces niveaux d’algogénicité était également soulignée.

            Des travaux complémentaires, notamment par Michael L. Smith publiés en 2014[5], trouvent directement leur origine dans ces travaux pionniers des années 1980. M. L. Smith s’est en effet intéressé aux variations de douleur entre les différents lieux de piqûres sur le corps en prenant à nouveau l’abeille apis mellifera comme référence. La procédure était standardisée : l’abeille était appliquée cinq secondes sur la zone et le dard laissé en place pendant une minute. La douleur était cotée entre 1 et 10 en utilisant l’avant-bras comme point de référence à 5. L’intérêt affiché de l’étude était de démontrer une faible variation entre les différentes piqûres en un même site et une grande symétrie du corps dans les niveaux de douleur relevés (entre les bras droit et gauche par exemple).

            Pour des raisons éthiques, de telles études peuvent difficilement être généralisées. Il ne s’agit donc pas de créer un catalogue exhaustif et objectif des effets de toutes les piqûres d’insectes connus mais de réfléchir au statut même de la douleur en la quantifiant. Les travaux de J. O. Schmidt ont été motivés par des questions concernant le rôle de l’algogénicité du venin dans l’évolution des insectes. Ses échelles étaient fondées non pas sur des piqûres provoquées mais sur les piqûres accidentelles intervenues au cours de ses travaux, accidents dont il a profité pour tirer les conclusions qu’il expose dans ses articles. C. K. Starr insiste d’ailleurs sur l’importance du caractère spontané des piqûres d’insecte prises en compte – lorsque cela est possible – pour étudier l’algogénicité des piqûres en conditions réelles. Cependant, cette exigence entre en contradiction avec le contrôle des zones piquées, qui pourtant jouent un rôle majeur dans la douleur ressentie, comme l’ont montré les travaux de M. L. Smith. Les conditions de mesure et les échelles créées dépendent de ce que l’on souhaite étudier de ce phénomène complexe qu’est la douleur.


[1] J.O. Schmidt, M.S. Blum et W.L. Overal, « Hemolytic activities of stinging insect venoms », Archives of Insect Biochemistry and Physiology, vol. 1, no 2 (1984).

[2] C. Starr, « A simple pain scale for field comparison of Hymenopteran stings », Journal of Entomological Science, vol. 20 (avril 1985).

[3] J.O. Schmidt, The Sting of the Wild, 2016.

[4] J.O. Schmidt, « Pain and Lethality Induced by Insect Stings: An Exploratory and Correlational Study », Toxins, vol. 11, no 7 (juillet 2019).

[5] M.L. Smith, « Honey bee sting pain index by body location », PeerJ, vol. 2 (avril 2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search